La norme ISO 16890

La norme ISO 16890 définit les exigences de tests et d’essais du filtre à air (par exemple la puissance de filtration et la classe d’efficacité). Elle inclut aussi les exigences minimales pour les performances de filtration de l’air dans des environnements bien définis. Elle s’inscrit dans le cadre d’une mise à jour majeure visant à donner un aperçu très précis et standard de l’efficacité d’un filtre à air HVAC. Cette nouvelle norme est entrée en vigueur en 2017 et remplace les normes EN779 pour l’Europe et ASHRAE pour les États-Unis qui sont désormais supprimées.
Pourquoi une nouvelle norme ?
L’air que nous respirons est une ressource précieuse. Toutefois, la pollution de l’air et les particules fines sont un problème mondial. Une grande partie de la population mondiale vit dans des zones où la qualité de l’air ambiant est inférieure aux normes relatives à la salubrité de l’air. Dans cette optique, il fallait mettre en place une norme plus précise qui permet de mieux évaluer l’efficacité des filtres à air. Cette initiative est la plus grande révolution en matière d’assainissement pour la filtration de l’air dans le monde depuis des décennies.
La norme ISO 16890 : les aspects essentiels
L’un des types les plus courants de pollution de l’air est constitué par les petites particules en suspension dans l’air, comme les particules de moins d’un micron de diamètre. Il est prouvé que ces particules ont de graves répercussions sur la santé, en particulier sur les personnes dont le système immunitaire est plus faible. Les différences de taille de ces particules peuvent faire une grande différence dans la probabilité qu’elles se retrouvent en suspension dans l’air et dans les effets qu’elles ont sur la santé des personnes. L’objectif principal de la norme ISO 16890 est de déterminer avec beaucoup plus de précision les performances d’un filtre et son efficacité en fonction des différentes classes de particules nommées PM1 PM2,5 et PM10, c’est-à-dire des particules dont le diamètre est inférieur à 1 µm, 2,5 µm et 10 µm respectivement.

1 µ (micron) = 0,001 mm (= PM1)
2.5 µ = 0,0025 mm (= PM2.5)
10 µ = 0,01 mm (= PM10)

La nouvelle classification des filtres
En se basant sur les tailles des particules, la norme ISO 16890 regroupe les filtres à air en 4 catégories: ePM1, ePM2,5, ePM10 et poussières grossières ( le e représente l’efficacité). L’efficacité d’un filtre est mesurée par le pourcentage de particules de la taille de particule visée qu’il retient, ce pourcentage doit être supérieur à 50%. Ainsi, un filtre à particules qui retient plus de 50 % des PM10 sera classé comme un filtre “ISO ePM10” et ainsi de suite. Il est à noter que les filtres les plus efficaces sont les filtres ePM1 car ils sont capables de retenir les particules les plus fines qui sont les plus dangereuses.

EN779:2012 ISO ePM1 ISO ePM2.5 ISO ePM10 Efficacité moyenne (Em) contre les particules de 0,4 µ m %
M5 <20% <40% ≥50%
M6 <40% 50-60% >60%
F7 50-70% >65% >80% 35%
F8 70-80% >80% >90% 55%
F9 >80% >90% >95% 70.0%

Tableau : comparaison EN779 – ISO 16890 pour le classement des filtres à air

NORME EN 779

Explication de la norme de filtration EN 779

Cette norme impose une efficacité de filtration moyenne pour chaque classe de filtration (G1, G2, G3, G4, M5, M6, F7, F8 et F9) ainsi qu’une efficacité de filtration minimum à partir de la classe de filtration F7.
Pour les qualités de filtration G2, G3 et G4 le test est effectué avec un aérosol pulvérisant des particules synthétiques grossières. La différence entre le poids des particules émises et le poids retenu par le filtre donne l’arrestance moyenne (Am) exprimé en % (rendement gravimétrique).
Pour les qualités de filtration comprise entre M5 et F9, le test est effectué avec un aérosol pulvérisant des particules d’environ 0.4 micron. L’efficacité moyenne (Am) du filtre est calculée selon la capacité qu’a le filtre à arrêter ces particules de 0.4 micron et est exprimé en % (efficacité opacimétrique).

Tableau de classification des filtres selon la norme EN779
Classification des filtres à air
Groupe Classe Chute de pression
finale (test)
Pa
Arrestance
moyenne (Am)
de la poussière
synthétique
%
Efficacité
moyenne (Em) avec
les particules de 0,4 μm
%
Efficacité
minimale avec les
particules de 0,4 μm
Grosses
particules
G1 250 50≤Am<65
G2 250 65≤Am<65
G3 250 80≤Am<65
G4 250 90≤Am<65
Particules
moyennes
M5 450 450 40≤Em<60
M6 450 450 60≤Em<80
Particules fines F7 450 450 80≤Em<90 35
F8 450 450 90≤Em<95 55
F9 450 450 95≤Em 70

Norme EN 1822

Explication de la norme de filtration EN 1822

Cette norme impose une efficacité de filtration minimale pour les filtres de très haute efficacité (THE). Le test est effectué avec un aérosol pulvérisant des particules d’environ 0.3 micron.

Les filtres E10, E11 et E12 sont des filtres à air particulaires efficaces.
Les filtres H13 et H14 sont des filtres à air particulaires haute efficacité.
Les filtres U15, U16 et U17 sont des filtres à air à pénétration ultra faible.
EPA10 à EPA 12 = Efficiency Particulate Air
HEPA13 à HEPA14 = Hight Efficiency Particulate Air
ULPA15 à ULPA17 = Ulpa Low Penetration Air
Voici le tableau de classification des filtres selon la norme EN 1822 :

 

Valeur intégrale Valeur locale
 Classe filtres Efficacité d’épuration % Pénétration % Efficacité d’épuration % Pénétration %
E10 85 15
E11 95 5
E12 99,5 0,5
H13 99,95 0,05 99,75 0,25
H14 99,995 0,005 99,975 0,025
U15 99,9995 0,0005 99,9975 0,0025
U16 99,99995 0,00005 99,99975 0,00025
U17 99,999995 0,000005 99,9999 0,0001

L’efficacité intégrale est la valeur moyenne de toutes les efficacités locale sur la surface du filtre.

Ces valeurs locale et intégrale sont calculées selon la capacité qu’a le filtre de retenir les particules de plus ou  moins 0.3 micron.